Tony Lee Luen Len : « Porlwi devient un projet national »

Aujourd’hui à Jaipur pour une conférence sur la citoyenneté dans la ville (lors du World Green Building Council), demain à Goa pour discuter d’un projet de développement urbain lié à l’identité culturelle, Tony Lee est partout. Quinze ans passés en Afrique du Sud ont façonné sa vision. Ce spécialiste en développement durable, anciennement focus sur le bâtiment, a pris du recul et concentre sa réflexion sur la ville et la communauté. Il travaille notamment sur trois projets de Smart City : Mon Trésor, Cap Tamarin et Saint Louis. Son rôle ? « Faciliter la cohésion sur la globalité du développement en tenant compte de quatre axes : la prospérité économique du projet, son équité sociale, sa vitalité culturelle et son aspect écologique. » Parlons de Port-Louis !

Tony Lee, quel est votre regard sur Port-Louis aujourd’hui ?

Port-Louis reste une pierre à polir. C’est un lieu d’histoire, au patrimoine très présent. Cette ville a beaucoup de richesses qu’il faudrait davantage faire ressortir. Les aspects environnemental et social sont aussi à développer. Dans l’ensemble, il y a des opportunités qui restent sous exploitées. Une capitale est censée vivre le soir. J’aurais bien aimé flâner dans les rues plutôt que d’aller dans un centre commercial.

Vous êtes très attaché au quartier de Chinatown. Racontez-nous.

Je connais Chinatown de l’époque de mon grand-père. Je me souviens de ces Clubs, des lieux de rencontre et de partage. Les rues étaient vivantes, jusqu’à très tard le soir. C’était très social. Heureusement, le China Town Food & Cultural Festival perdure et permet de conserver l’esprit si particulier de ce coin central de Port-Louis.

En 2015 vous avez lancé le projet de régénération urbaine de Port-Louis. Quel était la démarche ?

L’idée du projet est basée sur une collaboration entre le privé, le public et les citoyens, pour aider au développement de projets dans la capitale. J’ai voulu mettre en place un système, pour réunir les différents acteurs autour d’une table, et aller de l’avant. Tous ont un rôle à jouer dans la régénération : les citoyens, les universités, les autorités, le privé… L’approche inclusive et participative me paraît essentielle. Sans dialogue et sans collaboration, les choses évolueront difficilement. Notre démarche est d’aligner ces différents acteurs vers un objectif commun, pour le Port-Louis de demain.

Votre vision est très sociale.

L’avenir de Port-Louis appartient à ses habitants. Je ne parle pas uniquement du centre mais aussi de la périphérie, parfois plus pauvre. Il faut considérer tout le monde. C’est là où le festival Porlwi est intéressant. La démarche très collaborative de l’événement peut vraiment apporter un changement de mentalité dans Port-Louis. C’est un beau modèle. On sent une énergie. Chacun se sent impliqué. Cela génère des idées, crée des liens et peut amener un changement sur le long terme. Au final, Porlwi devient un projet national.

Racontez-nous votre collaboration avec Porlwi by Nature.

Astrid Dalais et Guillaume Jauffret (NDLR : fondateurs du festival) m’ont appelé pour rejoindre le comité artistique. Je n’ai pas hésité. On s’était vu à l’époque du lancement du projet de régénération urbaine. On avait discuté sur l’avenir de Port-Louis. Ils me connaissaient aussi en tant qu’artiste (NDLR : Tony Lee, sous ses divers noms de scène, est aussi un dj de renom). En tant que membre du comité, j’ai par exemple assisté aux appels à participation. Je peux vous dire que le niveau est très élevé. J’ai notamment été très surpris et impressionné par la forte participation internationale. Il y avait parfois des gens très connus et expérimentés. Je trouve super qu’en moins de trois ans le festival ait déjà une telle réputation.

Quel est votre apport plus particulièrement ?

Je participe à un débat collectif, mais j’ai insisté sur un aspect : que l’on implique au maximum la communauté aux réalisations et démarches du festival. Cette année, il y a d’ailleurs beaucoup de projets en dehors du festival, des formations dans les écoles notamment… L’initiative de Porlwi by Nature* est visiblement durable. L’impulsion est là !

{{ message }}

{{ 'Comments are closed.' | trans }}